Quelle tenue pour un forestier 2/2

Cet hiver, nous sommes allés chercher notre sapin de Noël en plein milieu de la Sarthe. Kraft Workwear était l’invité exclusif de Jean Marie Copleutre, forestier et producteur de sapins de Noël (ndlr : notre père). Vianney et moi-même avons chacun fait un week-end. Je me suis donc rendu sur place pour les derniers jours avant Noël. C’était l’occasion de filer un petit coup de main et de tester nos vêtements de travail. Nous vous avons parlé précédemment des vêtements de travail pour forestiers conseillés par mon frère, voici ma sélection !

Deuxième tenue : Snickers et Dunderdon (par Jean)

Jean avec ses vêtements de travail suédois

Pour le pantalon de travail : Dunderdon et son P12

Les jeans ne sont pas mes pantalons préférés. Alors que la plupart des gens en ont plein leur garde-robe, je préfère généralement des chino en toile de coton. Le jean est pourtant incontournable. Décliné dans toutes les formes, il est bien sûr présent dans les vêtements de travail. Nous avons donc sélectionné le P12 Dunderdon pour compléter notre gamme de pantalons de travail homme. Les critères de sélection ? Sa qualité et son look. Si nos testeurs en sont convaincus, je souhaitais l’essayer moi-même.

Un pantalon de travail qui a du style

Le premier truc qui me vient à l’esprit quand je mets ce pantalon, c’est le confort. La coupe est bien faite et aucune couture ne vient vous gratter la peau. On peut facilement se mouvoir, s’accroupir ou se mettre à genoux. Le tissu est souple et c’est sûrement une de ses grandes qualités. Il y a pas mal de poches ce qui fait une bonne sur-épaisseur sur les côtés mais ça permet aussi de ranger un paquet d’outils.
Les poches qui se ferment par zip permettent de ranger aisément smartphone et portefeuille. Il y a des poches mètres sur les côtés droit et gauche! Les poches holster ont l’avantage d’être amovibles et elles tiennent par un scratch (qui tient super bien). Il y a des nombreux passants pour ceinture. Perso je n’en avais pas et il tenait bien tout seul. Un autre détail que j’aime bien est la possibilité de resserrer le bas des jambes grâce à un petit cordon. Je l’avais laissé desserré mais pour celui qui veut un look plus « slim » c’est possible.

Des poches holster amovibles

Si je devais trouver un défaut pour ce pantalon, ce serait quand même son poids… Pour un 100% coton c’est nécessaire, mais avec ses 400 grammes au M2, ce n’est pas un produit léger une fois les poches bien remplies (et c’est tout ce qu’on souhaite aux artisans ) ! Allez on compense par un détail vraiment super : le tissu super doux derrière les genouillères en Cordura. Ça ne racle pas comme la toile denim et on à l’impression d’avoir de la soie au bout des genoux !

Pour le haut : Le pull de travail en laine Snickers

Pull de travail en laine Snickers

J’entends souvent dire, « oui la laine c’est bien mais ça gratte ». Déjà, tout dépend de la laine et de la manière dont elle est assemblée. Le pull en laine Snickers n’est certes pas aussi doux qu’une polaire. Il est cependant très confortable et remplit très bien sa première mission, d’être un pull de travail chaud ! Mission réussie puisque j’ai dû enlever mon manteau deux fois dans la journée, moi qui suis frileux comme heu… une marmotte ! Ce pull doit cependant être surmonté d’une veste, même légère, car il n’est pas coupe-vent. Je le conseillerai vivement pour les grands froids secs ou pour le travail en intérieur. J’ai bien aimé quelques détails, comme les surpiqures dans un coloris différents ou les trous pour passer les pouces dans les manches (si vous oubliez vos gants…). Le col de type camionneur protège bien le cou du froid. Enfin, c’est un pull en matière naturelle. Les polaires sont taillées dans des tissus polyester issus du pétrole. La laine est 100% naturelle et si elle est issue d’animaux c’est une matière renouvelable…

Un pull chaud en laine 100% naturelle

Pour le haut : La veste de travail Snickers

Ça fait déjà un bout de temps (3 ans) que je me ballade avec cette veste Snickers Workwear. Je m’en sers pour tout, je la mets aussi bien pour sortir que pour travailler le week-end. En menuiserie on ne se salit pas énormément et je dois dire qu’un petit coup d’éponge suffit à enlever les quelques marques que l’on pourrait mettre dessus. Par ailleurs, le coloris en gris chiné masque pas mal les tâches et les traces que l’on peut y faire ! Cette veste pour artisans est un excellent modèle qui protège bien du froid et qui comporte de nombreuses poches très pratiques. Un bémol, il n’y a pas de capuche. Ce modèle n’existe plus car Snickers en a arrêté la production. Nous avons réfléchi à un modèle alternatif à proposer et nous avons jeté notre dévolu sur la veste d’hiver pour artisans qui a l’avantage d’avoir un tissu Rip-stop de qualité qui est résistant à la déchirure (« to rip » veut dire déchirer en anglais).

Pour les chaussures de sécurité : Les Wedge Timberland Pro

Ces chaussures ont un super look […] qui ne suffit pas toujours

Il n’y a pas à dire, ces chaussures ont un super look. Mais le look ne suffit pas toujours. Parlons un peu de « design » et rappelons les principes de base. La chaussure de sécurité doit protéger (jusque-là pas de soucis) elle doit être solide (là encore pas de problème) et enfin elle doit être confortable. En effet, on les porte 12h par jour et c’est mieux quand on a pas mal aux pieds… Les designers de Timberland Pro ont sans doute oublié ce principe et ils n’ont pas dû passer beaucoup de temps dans les Wedge. Ces chaussures de sécurité sont lourdes, rigides et si vous arrivez à les oublier dans la journée, la sensation lorsque vous les enlevez s’apparente à une bonne douche après une journée sous la pluie… Bref un look d’enfer pour un cauchemar à porter toute la journée. Cela reste un bon modèle mais vous ne le trouverez pas sur les étagères de Kraft Workwear. Timberland Pro devrait rester sur ses modèles reconnus, à savoir les Snyders ou surtout les Splitrock, des chaussures de travail confortables qui sont de véritables chaussons et que nous vous recommandons chaudement.

Fier de mon tracteur

Indispensable : Les gants de travail Blåkläder

Du véritable cuir au bout des doigts

Tous ceux qui travaillent avec des végétaux le savent, ça pique parfois ! S’il parait bien inoffensif, l’épicéa possède des aiguilles qui irritent énormément la peau. On a tous un jour joué au malin (si si, je n’ai pas besoin de gants, je suis un homme, gnagnagna…) avant de panser discrètement ses plaies le soir…
Fort de cette expérience, j’ai tout de suite mis mes gants d’artisans Blåkläder. En cuir de cerf et en néoprène, ils allient souplesse et résistance… Bien taillés et adaptés à mes mimines de freluquet (de taille 10 quand même…), ils sont indispensables et je ne regrette pas de les avoir enfilés. Ils ne protègent pas spécialement du froid mais n’ont pas pris l’eau trop rapidement. Si vous avez besoin d’une bonne paire, on vous les recommande.

Le meilleur se fait discret…

Rester en bonne santé, c’est également protéger les éléments les plus importants. On en avait reçu récemment et j’avais bien envie de tester le caleçon Dunderdon ! Un bon sous-vêtement, simple mais solide et doté d’un bon élastique. Rien à voir avec de nombreux modèles que l’on nous vend pourtant assez cher. C’est un caleçon plutôt haut. Il protège bien le haut des hanches et le bas du dos. Je pense le mettre plus souvent, et c’est sûr, jamais plus personne ne m’appellera « tirelire » !!

Prenons toujours soin des choses fragiles et importantes à nos yeux…

Retrouvez la sélection du forestier sur Kraft Workwear


Si vous connaissez des forestiers, n’hésitez pas à leur en parler !

Pas encore de commentaires

Laisser un commentaire